Usagers des trottinettes électriques et autres engins motorisés, n’attendez plus et découvrez dès à présent ce qui vous attend à la rentrée 2019…

Après être arrivées à la vitesse de l’éclair dans notre vie quotidienne, les trottinettes électriques entrent enfin dans le Code de la route !

Alors que des villes comme Paris, Lyon et Bordeaux viennent d’adopter des arrêtés municipaux réglementant l’utilisation et le stationnement de ces engins motorisés, le Gouvernement a annoncé, le 6 mai dernier, l’entrée en vigueur à la rentrée 2019, d’un décret reconnaissant les « Nouveaux Véhicules Électriques Individuels » comme « une nouvelle catégorie d’engins » au sens de l’article R. 311-1 du Code de la route.

Ce décret a pour objet de mettre un terme à l’anarchie décriée par certains, et notamment les piétons, en définissant un statut, des règles applicables à ces engins motorisés de types trottinettes électriques, monoroues, gyropodes, hoverboards…

Voici un résumé des principales règles contraignantes qui attendent les usagers à la rentrée :

Règles générales Voies de circulation Equipements Sanctions
Avoir au moins 8 ans pour conduire un tel engin

 

Interdiction de transporter des passagers

 

Interdiction d’utiliser un appareil émettant des sons

 

Interdiction de circuler avec un engin dont la vitesse maximale n’est pas limitée à 25 km/h

Interdiction de circuler sur les trottoirs, sauf réglementations spécifiques adoptées par les maires

 

Obligation de circuler sur les pistes et bandes cyclables en agglomération

 

Stationnement possible sur les trottoirs sous réserve de ne pas gêner la circulation des piétons

 

Casque obligatoire pour les moins de 12 ans

 

Vêtement ou équipement rétroréfléchissant, de nuit, ou de jour par visibilité insuffisante

 

Feux avant/arrière

 

Dispositifs rétroréfléchissants

 

Frein et avertisseur sonore.

 

35 euros en cas de non-respect des règles de circulation

 

135 euros d’amende en cas de présence non autorisée sur un trottoir

 

1500 euros d’amende en cas de dépassement de la vitesse maximale autorisée de 25 km/h.

 

Anne-Margaux Halpern

imprimer